Le sens des mots

Imprimer

Je me souviens comme si c’était hier. A l’école, Madame Bessis, une française expatriée, une engagée en littérature appliquée n’arrêtait pas de me lancer des avertissements. “Si tu veux progresser et aller de l’avant par respect à Molière et Hugo, il17535_1262384452658_1621127854_696282_1059925_n.jpg faut donner un sens à ta phrase. Ne sois pas compliqué. Sois court et précis. N’abuse pas des adjectifs. Fais des phrases simples. Le sens d’un texte dépouillé et concis invite à la lecture. Le contraire détourne le lecteur”. Par exemple dans cette note, il ne fallait pas citer Victor et Jean-Baptiste, ça alourdit la phrase et surtout ça dérange les Dieux de la littérature Française. En dissertation, j’étais le premier de la classe pendant toute ma scolarité pour l’orthographe c’était et ça reste une sinécure. Retournant à ma maîtresse de français, elle me disait: “si tu assistes à un film et tu veux écrire dessus, ne parle pas trop du sujet et n’encombre pas “le lecteur” par des détails techniques. Sois inventif sans perdre le sens du sujet, imaginatif en jouant sur le sens des mots, suggère et ne dévoile point. Et surtout, n’oublie pas de donner à ta phrase et à ton texte un sens compréhensible par tous.”
Quelques années plus tard, au lycée, une professeur très peu motivée pour qui la langue française n’est qu’un instrument d’enseignement, une matière parmi d’autres, abuse du dictionnaire pour humilier ses lycéens. A l’époque, malgré mon jeune âge j’étais pigiste dans un hebdomadaire sportif. Je parlais de judo que je pratiquais pendant quatre jours par semaine. Ma prof Larousse ouvrait le dictionnaire au hasard, posait son doigt avec le même hasard et nous défiait de trouver le sens du mot que le hasard a choisi. Plusieurs fois c’est elle avec la complicité active du dictionnaire qui était gagnante.  Ce n’est pas qu’on était nul mais elle se contentait toujours du premier sens que l’incontournable, humiliant JE SAIS TOUT donnait comme signification. Dépités par ce manque de considération littéraire et face à l’incurie de l’enseignante qui mélangeait tout le temps le féminin avec le masculin on a décidé de mettre fin au jeu de massacre des mots qui n’avait aucun sens. Pire encore, pour lui rendre la monnaie de sa pièce, on lui a écrit une belle lettre remplie de bon sens avec l’aide du même précieux dictionnaire lui signifiant qu’on ne voulait plus d’elle. Deux mois plus tard et une dépression répétitive Madame Larousse a donné un autre sens à sa vie professionnelle en quittant en toute logique l’éducation. J’espère avoir donné un sens à ma note.


PS:Cette note à paru dans le blog collectif Vrac à lire et à relire

 

Le sens.jpg

 

 

17535_1262446934220_1621127854_696406_223546_n.jpg
17535_1262447054223_1621127854_696407_8215689_n.jpg
17535_1262447094224_1621127854_696408_1387196_n.jpg
17535_1262447134225_1621127854_696409_3136971_n.jpg
17535_1262447254228_1621127854_696412_2840215_n.jpg
17535_1262447294229_1621127854_696413_5760181_n.jpg
17535_1262447174226_1621127854_696410_6302187_n.jpg
17535_1262447214227_1621127854_696411_1387466_n.jpg
Et demain est un autre jour!
1068008157.jpg
Toutes nos pensées pour ces deux innocentes victimes du terrorisme d'état
1814784972.jpg
Lien permanent Catégories : Blog, Genève, Photos 9 commentaires

Commentaires

  • Cette mauvaise prof, vous lui avez signifié qu'elle devait déguerpir. Peut-être était-elle mal à l'aise dans son métier, déjà victime de transformite aigu dont la seul issue est de se tirer une balle. Passons ...

    "Ne soit pas compliqué. Soit court et précis." La grosse faute d'orthographe qu'il y a dans cette simple phrase en dit long sur l'incurie des élèves aussi.

  • "Pour l'orthographe, c'était et ça reste une sinécure", a précisé et reconnu l'auteur. Alors, ne soyez donc pas si sévère, François T.!

  • Cher Haykel
    J'ai lu attentivement vos mots bien choisis, qui portent dedans des idées remarquablement organisées, ainsi que la leçon que vous nous avez fait (apprendre et/ou comprendre). L'enchainement de vos idées que vous en avez traités avec souplesse me laisser de vous remercier, en espérant de pouvoir apprendre plus de chaque expérience vécue!
    Bien à vous.
    M.F

  • Merci Bernard Pivot: "l’orthographe c’était et ça reste une sinécure". Ce n'est pas une excuse, le mauvais élève reste mauvais!

  • En fait, le mauvais élève aurait dû écrire : "L'orthographe, ce n'était pas une sinécure..."

  • Cher Haykel, quand les otages seront libérés vous créerez l'internationale des mauvais élèves et des cancres en orthographe (je suis pour la libéralisation des langues) je suis sûr que vous aurez du succès. A part ça le lien Vrac ne fonctionne pas. Bonne journée et bien à vous
    PS: pourquoi n'utilisez-vous pas le format de note longue (qui distingue l'introduction du corps du texte) ce qui permettrait aux internautes de survoler vos notes illustrées plus rapidement?

  • Bonjour M. Mabut,
    Je préfère garder la maquette du blog comme elle se présente maintenant. C'est une histoire de goût, ça donne l'impression d'un carnet de route...un journal dans un journal. Bonne journée.

  • @M. Mabut : pour moi, le lien "Vrac" fonctionne. Il est sur le mot Vrac.
    Bonne journée

  • Bonjour Madame Brunner,
    C'est moi qui a corrigé le lien après la remarque de M. Mabut. Bonne journée

Les commentaires sont fermés.