29/01/2009

Quoi de neuf docteur?

Je ne sais pas pour vous, mais moi quand je touche mon salaire, je veux dire quand je transfère ce que j’ai gagné durement pendant 30 jours de mon compte bancaire à la poste je tombe malade. Le recouvrement direct de mes factures banque à banque ou banque à poste font que mon argent par un tour de magie devient virtuel. Je ne le touche pas, je ne le palpe pas, je ne sens pas son odeur, je me contente de le transférer tel un jeu vidéo par petites touches de souris.  A la fin du mois, je déprime quand je vois les quelques clopinettes qui me restent pour les loisirs. Je les sors vite fait de ma banque pour ne pas défigurer le paysage bancaire de mon pays. Mais je m’estime heureux, beaucoup dans le monde, n’ont pas de toit, d’autres n’ont pas de quoi se nourrir, se soigner s’habiller… Et tant que j’ai un travail, je ne vais pas cracher dans la fondue.
n1621127854_154309_4821.jpg« Je travaille pour payer les factures » voilà un slogan qui aurait pu trouver sa place dans la grande manifestation qu’a connue la France aujourd’hui. C’est forcement une manifestation de ras-le-bol qui résume la situation que vivent des millions de personnes à travers le monde à cause d’un malaise collectif généré par une crise qui perdure. Nous sommes trop sur cette terre, les richesses ne sont pas bien partagées et le déséquilibre entre le nord et le sud et le nord et le nord ainsi que le sud avec le sud est un grand pourvoyeur d’injustices. Cela me rappelle que je dois descendre encore une fois dans la rue pour manifester ce samedi et apporter mon soutien aux autorités de ma ville qui ont interdit ce rassemblement contre le WEF.
Je pense que je vais faire un retour vers le passé en supprimant les recouvrements et  en retournant à la bonne vieille méthode de nos aînés. J’irai à la fin du mois au guichet de ma banque chercher l’argent qui va aux autres et le temps d’arriver à la poste qui se trouve à 200 mètres je pourrai rêver brièvement de tout ce que je pourrai faire si par malheur j’aurais ignoré l’appel du bon payeur. Après avoir fait le tour du monde en évitant l’Antarctique et toutes les Sibérie du monde, je reviens à la réalité réveillée par la sirène insistante d’une voiture de police qui passe tout prêt. Normal, c’est le quartier de la gare.
A la poste en attendant mon tour, j’ai surpris une discussion entre adultes au sujet d’un rendez-vous manqué chez un médecin. Au fait, dans un pays qui a construit sa réputation grâce à la précision de ses montres qui nous a valu  une ponctualité légendaire, pourquoi les praticiens en blouse blanche nous imposent des rendez-vous et ne respectent jamais leur engagement. Généralement, rendez-vous ou pas, si un corps médical vous donne l’accès à son cabinet à l’heure précise c’est que c’est un plouc… qui n’a rien a voir avec les docteurs House, Matlock, Mc Namara et Christian Troy… méfiez-vous !

Decaillet.jpg

Pascal Décaillet soutient Tornare pour l’élection au conseil d’Etat! Et moi je soutiens la parité et je défends la candidature d’une des trois « potiches » pour reprendre les propos de M. Tornare. Mais laquelle je ne sais pas. Notre journaliste vedette a le courage d’assumer ses engagements et ça mérite d’être relevé. Un journaliste qui se porte au secours d’un politicien c’est rare.

A la question Pourquoi Manuel Tornare est selon vous le meilleur candidat ? M. Décaillet répond : « …C’est un véritable social-démocrate, comme Jean Studer à Neuchâtel. En ville de Genève, il a fait avancer la cause de la petite enfance, mais c’est surtout un homme de gauche respecté par la droite. Culturellement, ce prof de philo est même à bien des égards à droite, avec des références humanistes : quand on évoque saint Augustain (ndlr. Père de l’église), il sait de qui on parle. ». Alors le candidat à la candidature est de droite ou de gauche on aimerait savoir?
Dans une autre question M. Tornare est comparé à une locomotive politique. Là on ne lui rend pas service avec tous les problèmes de pannes techniques qu’ont connus nos CFF ces derniers mois, c’est plutôt mal venu.

 

Aujourd’hui le Jet d’eau a mis fin à son activité un peu avant 15h00. Et n’ayant pas pu le prendre en photo malgré ma présence tout près de sa rampe de lancement, j’ai ramené ces photos et j’ai fait la connaissance de 2 sympathiques électriciens du SIG dépêchés sur les lieux pour vérifier les projecteurs qui illuminent notre Jet d’eau national.

n1621127854_154310_5128.jpg
En attendant le 8 février::
Non.jpg

23:35 Écrit par Haykel dans Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pascal décaillet, tornare, genève, jet d'eau | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.